Ramgoolam/Soornack : Private Life, Public Figure, Public Interest

Discussion dans 'Actualités de l'Ile Maurice' créé par Rafic Soormally, 20 Août 2014.

  1. PM Navin Ramgoolam and Nandanee Soornack : Private Life, Public Figure, Public Interest

    Although the Mauritian Constitution does not spell out the citizen’s right to privacy, this does not mean that the Mauritian citizen has no right to privacy. Whether a country has a written or an unwritten (like the UK) constitution, every citizen has an inherent right to privacy. Privacy is also classed as a right under the European Convention of Human Rights. Even though PM Ramgoolam is a public figure, the sanctity of his home and family must be respected. But if citizens have as Prime Minister or President or Mayor who is strongly suspected as a wife beater or an adulterer or of corruption, the people have the right to be informed and it is up to the authorities to initiate their investigations.

    [​IMG]

    Public Interest weighed against Expectation of Privacy
    The daily l’Express got hold of a recording of a private party held in mid-June (2014) in Floréal in the home of Nandanee Soornack, a housewife turned Parti Travailliste (PTr) activist turned divorcee turned multi-million business woman. But this was no ordinary party of an average Mauritian family enjoying themselves to the sounds and dances like sambas, salsas, segas, rock’n’roll, twist, waltz, mujras, bhangras or Bharatnatyam. It was a private party in Ms Soornack home attended by PM Ramgoolam and in which he fully participated. When l’Express obtained this footage, it decided to inform the people since it involved serious public issues. Nad Sivaramen told Mauritians that « Vous avez le droit de savoir » (l’Express 16 Août 2014).

    Obviously, Ramgoolam is entitled and at liberty to have a drink, smoke his cigar, beat the djembe drum, sing and dance the sega and enjoy himself, but he was neither in the privacy of his own home nor on official function when leaders like British PM David Cameron and US President Barack Obama do have a drink and a dance. Ramgoolam was in the private home of PTr activist Nandanee Soornack who shot herself to fame when she had her political adversary Yogida Sawynaden arrested on 10 December 2012 (and Police Officers subsequently transferred) for having taken pictures of her when she was on active political duty for Ramgoolam’s PTr during Municipal elections. At the mid-June private party, Ramgoolam was drinking, smoking and dancing, not with his wife (who was absent), but with Nandanee Soornack who was alleged to have had an affair with a « high-profile politician ». Ms Soornack previously sought and obtained an interim injunction against l’Express and le Mauricien in December 2012, injunction later lifted except in the case of her minor child.

    The media, in its role both as a broadcaster and a watchdog, is well within its right to scrutinise the private life of any public figure, be it a PM, a President, a Mayor, a celebrity, in the public interest, like in the following cases :

    (1) The Mayor of London Boris Johnson, who fathered a child (unnamed for legal reasons) during an extra-marital affair with Helen Macintyre, was also subject to investigative journalism which was challenged in court, but Senior Judges held that the public has the right to know about Boris Johnson's « brief adulterous affair » in which he fathered a child. On 20th May 2013, the Court of Appeal held that :
    « It is not in dispute that the legitimate public interest in the father's character is an important factor to be weighed in the balance against the claimant's expectation of privacy. »
    « The core information in this story, namely that the father had an adulterous affair with the mother, deceiving both his wife and the mother's partner and that the claimant, born about nine months later, was likely to be the father's child, was a public interest matter which the electorate was entitled to know when considering his fitness for high public office. »

    (2) In June 2014, the European Court of Human Rights reversed a decision of a French Court which ordered Paris Match to pay damages to Prince Albert of Monaco for publishing a woman’s claim that the Prince was the father of her child (the Prince did eventually confess he was the father) as it breached the right to freedom of expression. The ECHR Judges criticised the French court for failing to make the « distinction between information which formed part of a debate of general interest and that which merely reported details of the Prince's private life » (Guardian, 12 June 2014).

    Hence, in the circumstances, the private life of PM Ramgoolam is rightly scrutinised by the press in the public interest so the people may decide his « fitness for high public office ».

    Newsagents intimidated
    L’Express therefore dedicated the issue of l’Express-Dimanche of 17 August 2014 to the famous private party held at the home Ms Soornack with the attendance and participation of PM Ramgoolam. But it transpired that several men in squads around the country stormed newspaper kiosks and other newsagents, including supermarkets, to buy (even confiscate) the copies of l’Express-Dimanche so they are not sold to the public. Readers are urging l’Express to print further copies of the Sunday report on this important news item. Some are even talking about « PTR/MMM DICTATORSHIP » and « GUESTAPO / TONTON MANCOUTE » should the controversial PTr/MMM proposed alliance, which Ramgoolam and Bérenger are so assiduously working towards, become a reality and they win the next general elections.

    Conclusion
    It is well established that although every citizen has the right to privacy, the public interest must be weighed against the expectation of privacy when it concerns a public figure. Public figures are also regarded as role models. Contrary to what happened previously when Nandanee Soornack, who cannot be regarded as a public figure as spelt out in Resolution 1165 (1998 ) of the Parliamentary Assembly of the Council of Europe on the Right to Privacy, sought an interim injunction against l'Express and le Mauricien, the person of Ms Soornack and her family are not the target here. But, the public figure PM Dr Navinchandra Ramgoolam certainly is, which led him to say that he was « l'homme à abbatre ». Ms Soornack is incidental to this matter of public interest due to her association with PM Ramgoolam and her transformation into a multi-millionnaire.

    Raj Meetarbhan, Chief Editor of l'Express said the following in an interview on Radio Plus (19 August 2014) : « Grâce aux photos, nous avons démontré qu’une personne [meaning Nandanee Soornack] a des relations très proches avec le Premier ministre. Et dimanche, nous avons démontré qu’en six ans, cette personne a connu une ascension fulgurante dans le monde des affaires ». And, Mr Meetarbhan emphasised that in case of strong suspicions of corruption, the media « se doivent d’en faire état, pour que cela amène les institutions concernées à enquêter à ce propos », and added that it is « notre mission, notre devoir d’en informer le public ». This mission is even more pressing as there is no real political opposition in the country since opposition leader Bérenger wants an alliance with PM Ramgoolam.

    L’Express is therefore right to report the attendance and participation of PM Ramgoolam at the private party held at Nandanee Soornack’s home, after all the scandal which rocked the whole country following the 10 December 2012 incident, and also justified in questioning how Ms Soornack could have metamorphosed from a very ordinary person with little education to a millionnairess in such a short space of time with so many government contracts in key sectors following her frolic in the corridors of power. Since PM Ramgoolam says his (private) life is an « open book », may be he should also inform Mauritians how many such private parties he attends every year and in whose homes, and how many have also become millionnaires or millionnairesses?

    M Rafic Soormally
    London
    19 August 2014
     
  2. boispignolet

    boispignolet Membre

    Certains nantis se déchaînent contre L'express.

    Bonsoir monsieur Soormally,

    Je suis en accord avec vos propos.


    Mais pourquoi tant de propos hystériques à Maurice en ce moment pour de simples photos montrant un danseur de séga dans ses œuvres ?

    Qu'est-ce qu'il y a de gênant qu'une dame partie de rien ait maintenant des accointances avec le plus haut dignitaire de l'État mauricien ?

    Il y a quelque temps déjà, le journal L’express avait mis en exergue la réussite sociale fulgurante en six ans (du jamais vu à Maurice) seulement de cette jeune femme.

    Cette réussite indubitablement très atypique avait été attribuée à l'époque à ses relations personnelles avec le Premier ministre.

    Les mêmes personnes qui poussent des cris d’orfraie aujourd’hui avaient à l’époque tiré à boulets rouges contre L’express et s’étaient inscrites en faux sur ces relations intimes.

    Évidemment, les photos publiées ce dimanche sont hautement compromettantes, car elles démontrent indubitablement que ces deux personnes sont effectivement très intimes.

    Ce renversement de situation inattendu fait les choux gras de la population, mais met maintenant en porte-à-faux les aboyeurs de tous ordres, car il y a confirmation d'une certaine connexion entre ces deux personnes et L’express avait raison.

    Aujourd’hui, je suis certain que les citoyens Mauriciens normalement constitués vont se poser des questions et faire le lien entre la réussite en affaires de cette jeune personne et les appuis offerts par le premier ségatier de Maurice.

    Cette affaire d’enrichissement subit qui manque de transparence ressemble fortement à du népotisme. C’est cela que dénonce L’express et que l’extincteur du Ptr envoyé débattre à Radio Plus a esquivé.

    Le trouble dans la population est palpable et seuls les aficionados du pouvoir en place s'offusquent et l'on sait bien pourquoi. Quant à l’opposition, elle attend avec impatience le susucre pour donner la papatte et remuer la queue !

    Mais attention, la roue tourne et peut-être qu’un jour prochain des comptes seront demandés.

    Maintenant, une question se pose : le photographe était-il un participant à ces agapes musicales ou un voisin excédé par le bruit de ces joyeux drilles et qui a pris ces clichés de chez lui au téléobjectif avec l'aide bienveillante d'une fenêtre non occultée ? This is the question…

    « Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur »
    Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais
     
  3. boispignolet

    boispignolet Membre

    Toutefois, des questions me taraudent l’esprit.

    Qui sont tous ces beuglards qui s’acharnent avec autant de virulence contre L’express ?

    Sont-ils des employés de maison, des ouvriers payés huit ou dix mille roupies par mois ?

    Sont-ils représentatifs de l'Île Maurice d'en bas ?

    Nenni, ce sont tous des nantis qui gravitent de près ou de loin auprès du pouvoir.

    Évidemment, L'express a touché à leur fonds de commerce et ils ont peur que cela cesse.

    Alors, d’arguments fallacieux en subtilités de langage qui masquent mal la faiblesse du raisonnement, ils montent au front afin de tenter de sauver les meubles.

    Quant au leader de l'opposition qui, il y a quelque temps, dénonçait de nombreux scandales à Maurice, il lorgne désormais sur un doublement de ses émoluments grâce à une hypothétique fonction prestigieuse et il est devenu subitement amnésique.

    Maintenant, il renie son passé qui sans être prestigieux est néanmoins remarquable et se contente de ronronner comme un chat lorsque le Premier ministre le reçoit à son domicile.

    Il en oublie même que sa fonction de leader de l’opposition a été voulue institutionnelle.

    Quant aux autres, les inconditionnels suiveurs coaltars politisés à outrance qui croient aveuglément en leurs leaders politiques, ils devraient recouvrer urgemment une certaine indépendance d'esprit et de sens critique.

    S’abreuver sans cesse des paroles des politiciens sans aucun discernement, c’est le confinement intellectuel assuré. Les Mauriciens ne doivent pas se comporter comme des moutons de Panurge ni être hypnotisés par des bonimenteurs professionnels.

    Il existe un moyen infaillible de mettre un terme à tout ce tumulte. Il s’agit de faire diligenter une enquête qui serait dirigée par une commission d’experts des cours judiciaires britanniques par exemple, comme cela s’est déjà fait dans le passé pour certaines affaires délicates. Celle-ci étudierait le patrimoine commercial de cette dame et les modalités d'obtention de certains contrats.

    L’express a mis le doigt là où ça fait mal et les antidémocrates poussent des cris de douleur.

    Au moment où des journalistes perdent la vie en exerçant leur métier, tous ces cerbères jappeurs feraient bien de méditer sur l’importance de cette profession dans une vraie démocratie.

    Finalement, L’express a fait œuvre de salut public.
     
  4. L’association entre Navin Ramgoolam et Nandanee Soornack?


    Bonjour Monsieur Boispignolet

    Le problème ne réside pas dans le fait que le PM Ramgoolam ait laissé sa femme (à la maison) pour danser le séga avec Ms Nandanee Soornack chez cette dernière à Floréal.

    Au début, il fut allégué que Ms Soornack avait une liaison avec un « high profile politician », un terme qui figure dans plusieurs affidavits jurés par l’Express et le Mauricien en décembre 2012/janvier 2013, et que Ms Soornack aurait bénéficié de cette liaison, car dans l’espace de six ans la ménagère Nandanee Soornack est devenue business woman par excellence et milliardaire. Mais l’Express et le Mauricien n’avaient jamais identifié ce « high profile politician » et s’étaient plutôt contentés à attaquer la personne de Ms Soornack et sa famille, surtout ses enfants, l’une d’eux étant mineure. Leur campagne contre la famille Soornack était de très mauvais gout. Dans un sens, l’injonction intérimaire émise par le Juge Domah un samedi en décembre 2012 était justifiée. Le juge n’aurait pas dû se récuser après les attaques proférées contre lui dans l’Express et le Mauricen.

    Le Juge Domah fut remplacé par le Juge Balancy. Mais l’avocat (Yusuf Mohamed) de Nandanee Soornack avait formulé une objection contre le juge Balancy, étant donné que la famille Balancy était proche de La Sentinelle Ltée (propriétaire du groupe l’Express), mais le juge avait refusé de se récuser. Par la suite, le juge Balancy a annulé l’injonction sauf dans le cas de la mineure.

    Malgré que ce fut une bonne décision, je ne suis pas d’accord avec les raisons avancées par le juge, car il a été très sélectif, même erroné, dans son interprétation des décisions précédentes. Par exemple, le juge a maintenu l’injonction en faveur de la mineure, non pour les raisons avancées par Nandanee Soornack, mais « out of concern », une raison qui ne se trouve pas dans la jurisprudence. De la même manière, le juge avait pris des allégations pour des faits sous le terme « the fact of allegations » pour justifier l’annulation partielle de l’injonction. Bien souvent, des juges arrivent à la bonne décision par une voie erronée. Ce fameux « high profile politician » n’a jamais été identifié en cour et le juge a trouvé absolument rien à dire.

    Dans le présent cas, le Public Figure PM Ramgoolam a bel et bien été identifié et, pour la première fois, il ne peut nier son association avec Nandanee Soornack. Dans un sens, il a été pris la main dans le sac. Dans l’intérêt public, l’Express a bien fait de publier ces photos et, comme on dit, to call Ramgoolam to account. Les autorités doivent enquêter comment, d’une simple ménagère, Nandanee Soornack s’est propulsée en milliardaire si vite et s’il y a eu corruption impliquant le Public figure en question. L’Express ne doit pas lâcher les rênes.

    Sincères salutations

    M Rafic Soormally
    Londres
    21 août 2014
     
  5. boispignolet

    boispignolet Membre

    Bonjour, monsieur Soormally,

    Merci pour ces précisions.

    Madame Ramgoolam était peut-être « souffrante ce » jour-là… :mrgreen:

    Effectivement, il y a parfois quelques bizarreries dans les décisions des juges. :rolleyes:

    Si les photos ont bien été prises par un participant à cette soirée, implicitement, il pouvait immortaliser cette réunion mondaine sans autorisation, sauf s’il y avait une interdiction formelle de la maîtresse de maison ou des participants. Ensuite, il faut prouver que cela s’est fait à l’insu des fêtards, ce qui n’est pas évident lorsque l’on observe les photos.
    À cause de ces éléments, je ne suis pas certain que cela soit plaidable en justice.
    Moralité, il faut se méfier parfois de ses amis ou… de ses invités.
    Suite à cette affaire, la VOH (Voice of Hindu) envisage de saisir la justice !!! Cette officine aux gros bras, démontre ainsi ses liens étroits avec le pouvoir.
    Peut-être que son président Krit Manohur tenait la ravanne lors de cette soirée.
    http://www.google.fr/imgres?imgurl=https://enrasecampagne.files.wordpress.com/2010/11/media-cardblackberrypicturesimg001551.jpg&imgrefurl=https://enrasecampagne.wordpress.com/tag/navin-unoop/&h=1200&w=1600&tbnid=fz01Uc0u_5V51M:&zoom=1&tbnh=92&tbnw=123&usg=__xhJ4nOM0iO81DZV7MzbdhJA_dE8=&docid=d9cj_T9niILizM&sa=X&ei=WAn2U7frMYHK0QXw6ICwCQ&ved=0CC4Q9QEwBA&dur=133

    Des sbires inféodés au pouvoir en place ne veulent pas que la population soit informée :
    http://www.lexpress.mu/node/251036
    L’Ile Maurice est-elle sous l’emprise de groupuscules dictatoriaux ?
    De quel droit ces extrémistes entendent dicter au peuple, ce qu'il doit lire.
    Le Premier Ministre doit absolument se désolidariser de ces actes abjectes et indignes d’un pays démocratique.

    Best regards.
     

Partager cette page